Un bout de tissu

Le mois dernier, je me suis offert un petit moment de détente bien sympathique en réalisant un saut en chute libre à Namur. Ce saut de l’ange m’a fait faire le plein de sensations, mais m’a aussi donné envie d’approfondir ici l’histoire de cette chose bien étrange qu’est le parachute. Tout d’abord, il faut savoir que le parachute n’est pas une invention humaine. Ou en tout cas, nous n’en avons pas la paternité. Les chardons utilisent par exemple des flotteurs aériens pour assurer la dissémination de leurs graines grâce au vent. Chez l’homme, les acrobates chinois, dès la plus haute antiquité, ont imaginé, pour amortir leur chute pendant leurs exercices, de grands parasols de bambou ! Mais le premier à en construire un fut André-Jacques Carnerin. A partir d’un ballon arrivé à une altitude de 1000 mètres, il fit une dangereuse descente au-dessus du parc des Mousseaux, un certain 22 octobre 1797. Depuis cette tentative, le parachute a bien sûr été largement optimisé. Sa voilure est réalisée en nylon. Par un ensemble de suspentes réparties sur ses côtés, elle est rattachée au harnais qui sangle le parachutiste. Le pliage du parachute se fait de manière rigoureuse, parce qu’un pliage imprécis pourrait déranger son éclosion dans les airs, ce qui peut s’avérer « gênant » à l’atterrissage. A côté des parachutes servant au transport de personnes, l’on trouve de nombreux types de parachutes dédiés au largage de matériel ; certains possèdent une envergure de 20 mètres et peuvent supporter des charges d’une tonne et demie. Mais on a également développé d’autres types de parachutes : des parachutes-freins ont par exemple été développés pour les avions à réaction. Il y a par ailleurs le parachute-antivrille qui, placé en bout d’aile, permet, lorsqu’on l’ouvre, de ramener en mode normal un appareil déséquilibré. Clairement, ces bouts de toile servent vraiment à tout ! Sinon, si vous n’avez pas peur du vide, je vous recommande chaudement le saut en chute libre : les sensations sont vraiment formidables, là-haut ! Voici le site par lequel je suis passé pour ce saut en parachute, si vous souhaitez étudier la question.

Violences intercommunautaires et ethniques en Inde

L’année dernière en Inde, plusieurs dizaines de crimes de haine contre des musulmans ont été commis un peu partout dans le pays. Au moins 10 hommes ont été lynchés et de nombreux autres musulmans blessés par des brigades de protection des vaches, dont beaucoup bénéficiaient selon toute apparence du soutien de membres du Parti du peuple indien Bharatiya Janata (BJP), le parti au pouvoir. Des personnes ont été arrêtées, mais aucune n’aurait été condamnée. En septembre, la police du Rajasthan a mis hors de cause six hommes soupçonnés d’avoir tué Pehlu Khan, un éleveur laitier qui avait désigné ses agresseurs avant de mourir. Des représentants du BJP ont fait des déclarations qui semblaient justifier ces attaques. En septembre, la Cour suprême a déclaré que les gouvernements des États étaient tenus d’indemniser les victimes de violences perpétrées par des brigades de protection des vaches. Une équipe d’enquête spéciale créée en 2015 pour réexaminer des affaires classées liées au massacre des sikhs en 1984 a classé de nouveau 241 dossiers et procédé à des inculpations dans 12 autres. En août, la Cour suprême a mis sur pied un collège de deux anciens juges chargés d’examiner les décisions de classement de ces affaires. En mars, des groupes se sont livrés en toute impunité à une série d’agressions racistes visant des étudiants africains noirs à Greater Noida (Uttar Pradesh). Trois personnes ont trouvé la mort en juin à Darjeeling (Bengale occidental) dans de violents affrontements opposant la police et des manifestants qui réclamaient la création d’un État gorkha séparé.

Cybersécurité et internet

Des violations massives de la cybersécurité qui ont brisé certaines entreprises de premier plan ont jeté le thème de la cybersécurité dans la discussion populaire. Bien que les grandes entreprises trouvent leur chemin à la une, les petites entreprises ne sont pas exemptes de plusieurs menaces de sécurité informatique. L’horrible fait demeure que l’impact d’une cyberattaque sur une petite entreprise peut souvent être dévastateur. Des études menées par National Cyber Security Alliance montrent que six mois après avoir été piraté, plus de 60% des entreprises ont quitté la scène une fois pour toutes. Les pratiques les plus courantes pour lutter contre les problèmes de cybersécurité sont de déployer un puissant logiciel antivirus et de sauvegarder les données sur une base régulière. C’est la première étape que peut prendre une petite entreprise. Cependant, il reste encore beaucoup à faire pour se protéger à un moment où les pirates informatiques ont progressé techniquement pour contester toute mesure proactive. Voici les conseils de cybersécurité les plus importants pour les petites entreprises doivent mettre en œuvre à travers leur entreprise. Déployer des mots de passe forts Les entreprises qui utilisent des mots de passe faciles à forger, comme ABCD ou 1234, ne font que faciliter la marche d’un gâteau pour que les pirates piratent leur code système. Les experts conseillent de mettre un peu d’innovation dans les mots de passe, y compris les chiffres, les caractères et les alphabets. Les mots de passe durs rendent difficile pour les pirates de les percer. À maintes reprises, rappelez à vos employés de créer de nouveaux mots de passe forts et modifiez-les souvent.Gardez les tentatives de mot de passe au minimum La plupart des pirates essaient des mots de passe aléatoires jusqu’à ce qu’ils puissent ouvrir votre compte avec succès. Si vous avez implémenté une broche à six chiffres, vous créez seulement un million de possibilités uniques et votre compte n’est jamais sûr. Aujourd’hui, il existe un logiciel de craquage de mots de passe incroyable qui peut facilement deviner vos codes en quelques minutes. Par conséquent, gardez les tentatives de mot de passe au minimum pendant toutes les étapes du processus d’authentification. S’appuyer sur un bon logiciel de gestion de mot de passe Les outils de gestion de mot de passe aident à créer des mots de passe forts et à les alourdir. Ainsi, de nombreuses entreprises souhaitent les installer pour leurs nombreux avantages. Cependant, le gros inconvénient pour eux est que les mots de passe sont stockés dans leurs bases de données, ce qui permet aux pirates informatiques de les obtenir tous s’ils peuvent accéder à l’emplacement une seule fois. Ainsi, vérifiez que l’outil de gestion de mot de passe dont vous dépendez est fiable. Faire usage du clavier à l’écran pour entrer des informations sensibles Aujourd’hui, il existe un logiciel avancé de journalisation des clés qui peut enregistrer vos attaques. Vos données sont donc particulièrement vulnérables, surtout si vous utilisez des réseaux partagés. Si vous utilisez le clavier à l’écran ou le clavier virtuel pour saisir des données insensibles avec les clics de la souris, vous falsifiez avec succès les capacités d’un tel logiciel d’enregistrement de frappe. Sauvegarder les données régulièrement La sauvegarde de données est quelque chose que vous ne devez jamais prendre à la légère. Non seulement vous devez les sauvegarder, vous devez également les gérer efficacement. Par exemple, si vous dépendez du stockage dans le cloud pour la sauvegarde, vous dépendez de l’emplacement de l’aremote pour stocker vos données. Cela signifie que quelqu’un peut accéder facilement à vos données. Il est donc important de chiffrer et de protéger vos documents par mot de passe avant de les stocker sur un serveur distant. Promouvoir la sensibilisation à la cybersécurité dans votre organisation Les violations de la cybersécurité sont devenues plus fréquentes que vous ne pouvez l’imaginer. Il est donc très important de former tous les employés de votre organisation sur ces aspects au moyen de séminaires et de conférences. Testez également les connaissances informatiques des employés régulièrement. Publiez clairement vos règles concernant le piratage et la violation de la sécurité des données dans l’organisation. Ne stockez jamais le numéro CVV de vos clients Bien que l’obtention des détails de la carte du client avec leur consentement facilite les futures vérifications, cette pratique peut augmenter le risque que les données des clients soient consultées par les pirates informatiques. Ainsi, enregistrez les numéros de carte de crédit sans enregistrer le numéro CVV. Entrer le numéro CVV à trois chiffres ne va pas être une difficulté pour le client. Pour en savoir plus, allez sur le site de l’Agence SEO à Lille.

De la constance de Dieu

Plotin a enseigné ceci: Dieu et la matière existent. Dieu est un, la matière est multiple et divisible. Dieu en lui-même est incompréhensible et ne peut être appréhendé que dans ses manifestations. L’homme ne s’élève pas à la compréhension de Lui mais à la perception de Lui par une série de degrés qui sont, pour ainsi dire, la purification progressive de la foi et qui nous conduisent à une sorte d’union avec Lui ressemblant à celle d’un être avec un autre. il ne pouvait jamais voir, mais de la présence de qui il ne pouvait avoir aucun doute. La matière, c’est-à-dire l’univers, est une émanation de Dieu, comme le parfum vient d’une fleur. Tout n’est pas Dieu, et seul Dieu peut être Dieu, mais tout est divin et tout participe en Dieu, tout comme chacune de nos pensées participe de notre âme. Maintenant, si tout émane de Dieu, tout tend aussi à revenir à lui, comme les corps nés de la terre, nourris par la terre, revigorés par les forces venant de la terre, tendent à retourner sur la terre. C’est ce qui fait l’harmonie du monde. La loi des lois est que chaque fragment de l’univers dérivé de Dieu lui revient et désire retourner à lui. L’univers est une émanation du parfait et un effort vers la perfection. L’univers est un Dieu en exil qui a la nostalgie de lui-même. L’univers est une descente progressive de Dieu avec une tendance à la réintégration avec Lui.  Comment cette émanation de Dieu devient-elle importante? C’est un mystère; mais il peut être supposé avoir lieu par étapes successives. De Dieu émane l’esprit, l’esprit impersonnel qui n’est pas l’esprit de ceci ou de cela, mais l’esprit universel s’est répandu dans le monde entier et l’a animé. De l’esprit émane l’âme, qui peut s’unir à un corps et former un individu. L’âme est moins divine que l’esprit, qui à son tour est moins divine que Dieu, mais conserve la divinité. De l’âme émane le corps auquel elle s’unit. Le corps est moins divin que l’âme, qui était moins divine que l’esprit, qui était moins divine que Dieu; mais il possède encore la divinité car il a une forme, une figure, un dessin marqué et impressionné par l’esprit divin. Enfin, la matière sans forme est la plus éloignée des émanations de Dieu et la plus basse des étapes descendantes de Dieu. Dieu est en lui-même; Il pense dans la pure pensée en esprit; Il pense dans une pensée mêlée et confuse dans l’âme; Il sent dans le corps; Il dort dans une matière informe. L’objet de la matière informe est d’acquérir la forme, c’est-à-dire un corps; et l’objet d’un corps est d’avoir une âme; et le but d’une âme est d’être uni dans l’esprit, et le but de l’esprit est d’être absorbé dans Dieu.  Les âmes non unies aux corps contemplent l’esprit et jouissent du bonheur absolu. Les autres âmes non unies aux corps, mais sollicitées par un certain instinct de s’unir aux corps, sont d’une nature ambiguë mais encore très exaltée. Les âmes unies à des corps (les nôtres) sont descendues loin, mais peuvent s’élever et être purifiées par la contemplation de l’intelligence éternelle et par une union relative avec elle. Cette contemplation a plusieurs degrés, pour ainsi dire, d’intensité, degrés que Plotin appelait hypostases. Par la perception nous obtenons un aperçu des idées, par la dialectique nous les pénétrons; par une hypostase finale, qui est l’extase, nous pouvons parfois nous unir directement à Dieu et vivre en Lui.

Quand l’hôtel prend feu

Quarante-cinq pompiers tentent de contrôler un incendie sur le toit de l’hôtel Gateway to Wales, sur Welsh Road, près de Queensferry. L’alarme a été déclenchée vers 04h30 GMT et la police a déclaré que la fumée qui tourbillonnait causait des perturbations importantes sur les routes avoisinantes. Personne n’a été blessé. Le service d’incendie et de secours du nord du Pays de Galles a déclaré que les 47 invités et un membre du personnel avaient été pris en compte. Le chef de secteur, Kevin Roberts, le principal responsable de la scène, a déclaré qu’ils étaient tous en sécurité après l’activation des détecteurs de fumée de l’hôtel. Il a déclaré que les équipes avaient «à peu près entouré» le feu qui avait englouti le toit. “La structure du toit elle-même a pratiquement disparu”, a-t-il ajouté. Une enquête sur la cause de l’incendie sera effectuée plus tard. Le témoin Danny Lawton a déclaré qu’il avait été réveillé à 05:00 par la police qui frappait à la porte. Il a dit: “La femme dit” il y a un peu de feu à l’hôtel d’à côté, vous devez sortir. “Je ne sais pas ce que cette femme pense d’un grand feu, mais je dirais ça un peu plus qu’un petit feu ” Welsh Road, Station Road et deux voies de l’A494 en direction de l’est sont fermées en raison de la fumée qui souffle sur les routes. Le conseil du Flintshire a déclaré qu’il prévoyait une forte congestion dans la région et a suggéré que les routes resteraient fermées pendant au moins six heures. La police du nord du Pays de Galles a tweeté: “Veuillez utiliser un autre itinéraire, car de longs retards sont prévus.” La conseillère Christine John, qui vit sur Welsh Road, a déclaré que le feu devait être «épouvantable» et «si effrayant» pour les invités. «Il y a énormément de lumières bleues là-bas et beaucoup de fumée qui s’échappe, ça fait tellement peur», a-t-elle ajouté. L’Unité de police armée de l’Alliance, qui travaille avec la police du nord du Pays de Galles, a déclaré qu’elle apportait son soutien aux équipes d’urgence présentes sur les lieux. Highways England a également tweeté pour avertir les automobilistes en Angleterre de la perturbation: «# A494 est actuellement fermé dans les deux directions en raison d’un feu de construction … fermé à partir de jonctions A550 et A548 près de Queensferry #Deeside … Un porte-parole du Welsh Ambulance Service a déclaré: «Nous avons des ressources sur les lieux, avec quatre ambulances, deux véhicules de réaction rapide, deux agents de service et une équipe d’intervention de zone dangereuse du North West Ambulance Service. Source: Les plus beaux hôtels du monde.

La mère Noel arrive en avion

Le retour du religieux

C’était en juillet 2016. Ici même, on évoquait les convictions qui motivaient les combattants de Daech. Selon un propos du Prophète, c’était devant la petite ville de Dabiq, située en Syrie entre Alep et l’actuelle frontière turque, qu’aurait lieu la bataille décisive où les vrais croyants écraseraient les « armées de Rome ». Certes, les vicissitudes des derniers temps ne seraient pas alors achevées puisque surgirait du Khorassan, à l’est de l’Iran, al-Djallal, l’imposteur, à la tête d’une armée de 70.000 juifs. Il faudrait l’intervention personnelle de Jésus devant Jérusalem pour en venir à bout, mais les vrais croyants triompheraient! C’est au nom de ces balivernes que des milliers de gens sont morts, que des dizaines de milliers ont été chassés de chez eux, massacrés, torturés, violés, vendus comme esclaves, que Mossoul et Rakka ont été détruites, que des attentats meurtriers ont eu lieu partout dans le monde… Décembre 2017. Le président Donald Trump ne trouve rien de mieux qu’annoncer le déplacement de l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, manière de reconnaître la ville capitale de l’état hébreu, au mépris de toutes les règles du droit international et des décisions de l’ONU depuis 1967. Certes, on est habitué avec Donald Trump à tout et n’importe quoi et l’on sait que sa culture historique et diplomatique ne dépasse guère celle d’un élève de 3ème, mais quand même, on se demande quelle mouche l’a piqué vu que cette décision ne relevait pas de l’urgence. On a vite compris. Trump est surtout soucieux de garder le contact avec sa base électorale et parmi elle, il y a les évangélistes protestants et spécialement, ceux qu’on nomme les « sionistes chrétiens ». Ces sectaires, bien que chrétiens, sont convaincus que vu la promesse faite par Dieu à Abraham, la place des Juifs est en Palestine et que leur retour sur cette terre promise (et évidemment à Jérusalem) est le préalable absolu au retour en gloire de Jésus (décidément très sollicité par les illuminés de tout poil). Evidemment, suite à ce retour, les Juifs se convertiront au christianisme (et on suppose que les Musulmans en feront autant). En conséquence, les « sionistes chrétiens », particulièrement influents aux Etats-Unis et soutiens indéfectibles de Donald Trump, attendent de leur gouvernement qu’il mette tout en œuvre pour réaliser la prophétie. Et prenant acte de ces calembredaines, Trump assume tranquillement, non seulement l’isolement des Etats-Unis face au reste du monde, mais surtout le risque de saborder tout espoir de négociation et de paix au Moyen-Orient et de souffler puissamment sur l’incendie qui le dévore.

Un peu de hauteur en montgolfière

Le week-end dernier, j’ai fait avec ma femme un vol en montgolfière. Ce dernier s’est déroulé à Lille, et c’était tout simplement grandiose. L’expérience ne me faisait pourtant pas vraiment rêver au début (c’est ma moitié qui a fait du forcing pour qu’on le fasse à deux), mais force m’est d’admettre que j’ai été vraiment troublé. Parce que les sensations en vol sont énormes ! Bon, ça n’a rien à voir avec les sensations qu’on peut avoir dans d’autres types d’appareils, c’est vrai. Mais ce sont des sensations étranges. Parce qu’on survole le paysage, mais on fait aussi bien davantage. Ca, c’est seulement la partie visible de l’iceberg, à vrai dire. Quand on s’élève dans les airs à bord de la nacelle, l’esprit aussi prend de l’altitude. Ce n’est pas évident à raconter : c’est quelque chose qu’on ne ressent absolument pas dans un avion, par exemple. Peut-être est-ce dû au silence à bord. Je ne sais pas trop, mais c’est ce qui rend l’aventure aussi unique, je crois. Les vols se déroulent aux premiers rayons du soleil, parce que pendant la journée, le soleil engendre des courants d’air chaud qui peuvent rendre le vol trop aléatoire. On survole donc un monde qui se réveille au fil des minutes. D’une certaine façon, c’est comme contempler la naissance du monde. Plus on grimpe, plus tous les éléments du paysage rétrécissent : on a donc un peu le sentiment d’être un dieu jouissant du réveil de l’univers. Je ne peux pas vous dépeindre le sentiment de paix qu’on ressent à ce moment-là, mais c’est absolument fantastique ! Cela dit, je ne crois pas que tous les passagers aient ressenti ça. Nous étions 5 à bord de la nacelle, et certains voulaient juste scruter leur quartier depuis les airs. Mais finalement, c’est la même chose que pour un film : il peut être regardé de bien des façons d’une personne à l’autre ! Enfin bref, s’il y a des vols dans votre région, ne passez pas à côté d’une telle découverte. Voici d’ailleurs le site par lequel nous sommes passés pour ce vol à Lille : on y trouve une description très détaillée. Et découvrir la Terre par les yeux de Dieu, c’est décidément peu ordinaire ! A lire sur le site de cette expérience de baptême en montgolfière à Lille Bondues.

Eaux usées : problèmes persistants et possibilités d’expansion en Amérique latine

Dans l’ensemble, la région n’a connu que des projets de traitement des eaux usées isolés en réponse à des problèmes sociaux et environnementaux locaux, et non des programmes intégrés et durables à l’échelle nationale. Par ailleurs, de nombreuses stations de traitement des eaux usées, tout particulièrement dans les petites communautés, pâtissent d’une exploitation et d’une maintenance médiocres et finissent même parfois par être abandonnées en raison du manque de moyens techniques et financiers des autorités locales et des prestataires de services. La plupart de ces installations sont de taille réduite et ne sont pas en mesure de tirer profit des économies d’échelle, ce qui implique des coûts élevés et une forte probabilité de non-conformité avec les normes en matière de rejets. Les eaux usées urbaines sont toujours considérées comme des déchets impliquant des coûts supplémentaires plutôt que comme une source potentielle d’approvisionnement en eau et de nutriments susceptible de soulager considérablement les pressions exercées sur l’environnement. De tous les pays de la région, le Chili est celui qui a accompli le plus de progrès à cet égard, puisqu’il bénéficie d’un traitement des eaux usées urbaines généralisé. Quelques autres pays de la région ont considérablement élargi leur couverture du traitement des eaux usées. On compte parmi les pays qui traitent plus de la moitié de leurs effluents urbains le Brésil, le Mexique et l’Uruguay. Des plans de grande envergure en faveur de l’augmentation du traitement des eaux usées sont prévus dans de nombreuses grandes villes telles que Buenos Aires, Bogota, Lima, Mexico et São Paulo, mais la plupart d’entre eux sont reportés depuis des années en raison de contraintes financières et institutionnelles. Les eaux usées traitées pourraient représenter pour ces villes une importante source d’approvisionnement en eau, surtout pour celles qui se situent dans des zones arides (Lima, par exemple), où celles pour lesquelles de longs acheminements sont nécessaires pour répondre à une demande croissante (comme c’est le cas pour São Paulo). Le développement du traitement des eaux usées urbaines nécessite des investissements conséquents que ces pays, encore récemment, ne pouvaient se permettre. Il faudrait que l’Amérique latine et les Caraïbes investissent plus de 33 milliards de dollars américains pour porter la couverture de traitement des eaux usées à 64 % d’ici 2030. D’après une autre étude, il faudrait 30 milliards de dollars américains pour réduire de moitié le taux actuel d’eaux usées qui ne sont pas traitées. En outre, près de 34 milliards de dollars américains seraient nécessaires à l’expansion des systèmes d’évacuation des eaux pluviales, ce qui permettrait de réduire la pollution due aux eaux de ruissellement urbain non maîtrisées. Il s’agit là d’un aspect crucial en matière de gestion des eaux usées urbaines qui a d’importantes incidences sur les plans économique et social : étant donné qu’une grande partie de la région se trouve dans des zones tropicales ou subtropicales, caractérisées par de fortes précipitations, et que la plupart des villes sont dépourvues d’infrastructures appropriées en matière d’évacuation des eaux pluviales, les inondations urbaines y sont fréquentes, coûteuses, et touchent une grande partie de la population

L’art du vin

Pour certains, le vin est une simple boisson qui permet de détendre l’atmosphère dans une soirée ; pour d’autres, c’est une substance qui permet d’atteindre l’état éthylique ; et pour d’autres encore, c’est une chose sacrée que l’on déguste avec lenteur, et dont on peut discuter des heures durant. Et depuis peu, je suis passé de la première à la troisième catégorie de personnes. En effet, le week-end dernier, je me suis rendu à Lille pour y suivre un cours d’oenologie ! Et bien que je ne sois pas devenu un parfait oenologue durant cet atelier, je suis quand même devenu intarissable sur le sujet ! Une excellente découverte qui m’a bien séduit ! Merci à ma femme pour cette découverte, donc. Car c’est elle, encore elle, que je dois remercier pour cette expérience. Si mon épouse ne m’avait pas offert cette expérience, je me serais en effet abstenu. Et à tort, de toute évidence. Curieusement, je croyais que les ateliers comme ceux-là étaient réservés à une élite un peu pompeuse. Force m’est de reconnaître ma propre bêtise, cependant : dans la salle, les autres participants étaient très agréables et souhaitaient avant tout passer un agréable moment. La dégustation s’est révélée cordiale tout du long, et nous avons même pas mal ri à certains moments ! Mon épouse me presse souvent de faire des choses, et je dois dire que je rechigne souvent. Mais force est de constater que c’est elle qui a raison. C’est même ahurissant, la multitude d’expériences que j’ai pu effectuer grâce à son pouvoir de persuasion, et ce en dépit de mes doutes ! Tenez, c’est comme cela que je me suis mis au rafting : un sport qu’il me tarde maintenant de refaire chaque fois que reviennent les beaux jours ! C’est peut-être ce qui fait toute la beauté du couple, en définitive : on ne se résume pas à soi-même. L’on est davantage et bien plus riche à deux que tout seul. Si vous rêvez vous aussi de vous initier à l’art du vin, jetez donc un oeil à ce cours d’oenologie. L’oenologue qui animait le cours a vraiment fait en sorte que tout le monde se sente à l’aise d’entrée de jeu. Retrouvez le contenu de ce cours d’œnologie en suivant le lien.