Monthly Archives: December 2017

Quand l’hôtel prend feu

Quarante-cinq pompiers tentent de contrôler un incendie sur le toit de l’hôtel Gateway to Wales, sur Welsh Road, près de Queensferry. L’alarme a été déclenchée vers 04h30 GMT et la police a déclaré que la fumée qui tourbillonnait causait des perturbations importantes sur les routes avoisinantes. Personne n’a été blessé. Le service d’incendie et de secours du nord du Pays de Galles a déclaré que les 47 invités et un membre du personnel avaient été pris en compte. Le chef de secteur, Kevin Roberts, le principal responsable de la scène, a déclaré qu’ils étaient tous en sécurité après l’activation des détecteurs de fumée de l’hôtel. Il a déclaré que les équipes avaient «à peu près entouré» le feu qui avait englouti le toit. “La structure du toit elle-même a pratiquement disparu”, a-t-il ajouté. Une enquête sur la cause de l’incendie sera effectuée plus tard. Le témoin Danny Lawton a déclaré qu’il avait été réveillé à 05:00 par la police qui frappait à la porte. Il a dit: “La femme dit” il y a un peu de feu à l’hôtel d’à côté, vous devez sortir. “Je ne sais pas ce que cette femme pense d’un grand feu, mais je dirais ça un peu plus qu’un petit feu ” Welsh Road, Station Road et deux voies de l’A494 en direction de l’est sont fermées en raison de la fumée qui souffle sur les routes. Le conseil du Flintshire a déclaré qu’il prévoyait une forte congestion dans la région et a suggéré que les routes resteraient fermées pendant au moins six heures. La police du nord du Pays de Galles a tweeté: “Veuillez utiliser un autre itinéraire, car de longs retards sont prévus.” La conseillère Christine John, qui vit sur Welsh Road, a déclaré que le feu devait être «épouvantable» et «si effrayant» pour les invités. «Il y a énormément de lumières bleues là-bas et beaucoup de fumée qui s’échappe, ça fait tellement peur», a-t-elle ajouté. L’Unité de police armée de l’Alliance, qui travaille avec la police du nord du Pays de Galles, a déclaré qu’elle apportait son soutien aux équipes d’urgence présentes sur les lieux. Highways England a également tweeté pour avertir les automobilistes en Angleterre de la perturbation: «# A494 est actuellement fermé dans les deux directions en raison d’un feu de construction … fermé à partir de jonctions A550 et A548 près de Queensferry #Deeside … Un porte-parole du Welsh Ambulance Service a déclaré: «Nous avons des ressources sur les lieux, avec quatre ambulances, deux véhicules de réaction rapide, deux agents de service et une équipe d’intervention de zone dangereuse du North West Ambulance Service. Source: Les plus beaux hôtels du monde.

La mère Noel arrive en avion

Le retour du religieux

C’était en juillet 2016. Ici même, on évoquait les convictions qui motivaient les combattants de Daech. Selon un propos du Prophète, c’était devant la petite ville de Dabiq, située en Syrie entre Alep et l’actuelle frontière turque, qu’aurait lieu la bataille décisive où les vrais croyants écraseraient les « armées de Rome ». Certes, les vicissitudes des derniers temps ne seraient pas alors achevées puisque surgirait du Khorassan, à l’est de l’Iran, al-Djallal, l’imposteur, à la tête d’une armée de 70.000 juifs. Il faudrait l’intervention personnelle de Jésus devant Jérusalem pour en venir à bout, mais les vrais croyants triompheraient! C’est au nom de ces balivernes que des milliers de gens sont morts, que des dizaines de milliers ont été chassés de chez eux, massacrés, torturés, violés, vendus comme esclaves, que Mossoul et Rakka ont été détruites, que des attentats meurtriers ont eu lieu partout dans le monde… Décembre 2017. Le président Donald Trump ne trouve rien de mieux qu’annoncer le déplacement de l’ambassade des Etats-Unis en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, manière de reconnaître la ville capitale de l’état hébreu, au mépris de toutes les règles du droit international et des décisions de l’ONU depuis 1967. Certes, on est habitué avec Donald Trump à tout et n’importe quoi et l’on sait que sa culture historique et diplomatique ne dépasse guère celle d’un élève de 3ème, mais quand même, on se demande quelle mouche l’a piqué vu que cette décision ne relevait pas de l’urgence. On a vite compris. Trump est surtout soucieux de garder le contact avec sa base électorale et parmi elle, il y a les évangélistes protestants et spécialement, ceux qu’on nomme les « sionistes chrétiens ». Ces sectaires, bien que chrétiens, sont convaincus que vu la promesse faite par Dieu à Abraham, la place des Juifs est en Palestine et que leur retour sur cette terre promise (et évidemment à Jérusalem) est le préalable absolu au retour en gloire de Jésus (décidément très sollicité par les illuminés de tout poil). Evidemment, suite à ce retour, les Juifs se convertiront au christianisme (et on suppose que les Musulmans en feront autant). En conséquence, les « sionistes chrétiens », particulièrement influents aux Etats-Unis et soutiens indéfectibles de Donald Trump, attendent de leur gouvernement qu’il mette tout en œuvre pour réaliser la prophétie. Et prenant acte de ces calembredaines, Trump assume tranquillement, non seulement l’isolement des Etats-Unis face au reste du monde, mais surtout le risque de saborder tout espoir de négociation et de paix au Moyen-Orient et de souffler puissamment sur l’incendie qui le dévore.